À ce jour, vous êtes  755 750 internautes à avoir visité ce site et 6.300 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Dangers

>> Dangers > Dangers pour l'Homme > La reproduction

 

Dans ce domaine, comme dans tous les autres, les requins font preuve d'une grande spécificité et d'une exceptionnelle adaptation.

Les requins sont économes en énergie et produisent un petit nombre de foetus pour lesquels tout est mis en oeuvre pour qu'ils arrivent à maturité dans leur grande majorité.

Les requineaux qui naissent sont de véritables adultes en miniature, avec des dents et des organes sensoriels opérationnels.

 

Les 3 modes de reproduction des requins

 

_ Le mode ovipare _________________________________________________________________________________________________________
 

 

C'est le mode de reproduction des requins les plus primitifs, la femelle est fécondée à l'intérieur du cloaque, les oeufs sont émis en petit 
nombre et sont de taille importante. Ces oeufs une fois pondus, sont attachés aux gorgones, aux pierres grâce à des filaments vrillés.

 

 

 

 

 

 

 


Ils ont souvent une coque caractéristique qui permet d'identifier rapidement le genre sinon l'espèce. Cette coque est résistante, perméable à l'eau et à l'oxygène à l'intérieur de l'embryon grandit, en se nourrissant du jaune de l'oeuf (vitellus) jusqu'à l'éclosion.

 

A ce stade le requin est miniature mais capable de capturer ses propres proies.

 

 

 

_ Le mode vivipare _________________________________________________________________________________________________________
 

 

C'est le mode de reproduction le plus complexe et le plus élaboré. 

Le développement des embryons dépend entièrement des réserves de vitellus associés à l'ovule.

 

 

 

 

 

 

Plusieurs oeufs fécondés sont inclus dans une enveloppe commune quand ils atteignent l'utérus.

Ceux-ci poursuivent leur croissance indépendamment l'un de l'autre mais aux dépens du sac vitellin qui les nourrit

jusqu'à la naissance qui se passe environ 22 mois après la fécondation !

 

 

 

_ Le mode ovovivipare ______________________________________________________________________________________________________
 

 

C'est le mode de reproduction le plus courant chez les requins.


Les jeunes se développent dans l'organisme maternel et tirent leur nourriture de leur propre sac vitellin. Chez certaines espèces de requins, le premier développé dans l'organisme maternel se nourrit des autres oeufs non encore fécondés que la mère produit toujours durant la gestation !

 

 

 

 

 

 

Ce phénomène est dénommé  'oophagie' .

Cette habitude macabre n'est finalement rien d'autre qu'un mode de sélection naturelle sophistiqué,

puisque c'est l'embryon le plus réussi qui dévore tous ses frères et soeurs, incapables de se défendre !

 

 

 

 

La brutalité masculine

 

 

Pour de nombreuses espèces de requins, la reproduction est la seule période durant laquelle ils entrent en contact avec des membres de leur espèce. Certaines espèces se reproduisent toute l'année pour d'autres c'est à une période déterminée. La plupart des femelles peuvent se reproduire tous les ans dès qu'elles ont atteint la maturité sexuelle.

 

 

_ Les sexes ______________________________________________________________________________________________________________
 

 

On reconnaît facilement les mâles grâce à leurs deux organes d'accouplement, les ptérygopodes.

 

 

 

 

Tandis que l'appareil génital femelle s'ouvre dans un cloaque,

une fente qui réunit également les canaux urinaire et anal, les mâles possèdent des ptérygopodes. 

 

 

Ces derniers vont par deux et se trouvent en arrière des nageoires pelviennes.
Un conduit dirige le sperme depuis le centre de chaque ptérygopode jusqu'au vagin durant la copulation.

Les ptérygopodes ne sont pas reliés aux testicules.

 

Sur cette photo, un mâle se trouve en-dessous et une femelle au-dessus 

 

 

 

 

_ L'accouplement __________________________________________________________________________________________________________
 

 

Dès qu'un mâle sent qu'une femelle est réceptrice, il la poursuit, seul ou parfois accompagné de dizaines d'autres prétendants.

Le mâle saisit sa partenaire par le seul outil dont il dispose : ses dents.

 

 

Animal à tendance brutale, l'accouplement laisse souvent des traces sur la femelle, 

qui heureusement pour elle possède une peau deux fois plus épaisse que le mâle.

 

 

 

L'accouplement n'est possible que si les deux partenaires prennent une position particulière. 
Il dure selon les espèces de 10 secondes à parfois 2 heures !

 

 

 

La femelle se dépose sur le fond afin que le mâle puisse la prendre plus facilement. 

 

 

 

Le sperme est simplement émis dans le cloaque mâle, ils en ont un aussi, où il se mélange à l'eau de mer.

Il est ensuite aspiré par une glande siphonale située à la base des pelviennes dans un ptérygopode, qui n'est donc qu'une modeste gouttière.

 

 

 

Ayant assuré sa prise, le mâle enroule sa queue autour de sa compagne et insinue un seul ptérygopode dans le cloaque. Le sperme voyage alors vers l'oviducte, où il va fertiliser les oeufs, ou bien être stocké jusqu'à ce qu'un oeuf soit pondu.

 

 

 

Cette fécondation interne, propre également aux mammifères et aux reptiles marins, est plutôt rare dans le monde sous-marin, mais assure une réussite quasi-parfaite de la reproduction. La plupart des créatures marines relâchent en effet leurs oeufs dans l'eau ou les accrochent sur le fond, dans l'attente de la fertilisation masculine.

 

 

 

Un grand nombre d'espèces mettent bas dans les zones des estuaires, où les jeunes peuvent se nourrir de petits crabes, de crevettes et d'autres créatures faciles à chasser. La croissance varie selon les espèces. En grandissant, les jeunes s'aventurent de plus en plus loin vers les étendues d'eau plus importantes.Quand ils deviennent plus grands, ils descendent progressivement de plus en plus profond pour chasser des proies plus importantes.

 

 

 

_ L'accouplement en vidéo___________________________________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

 

 

La parthénogenèse

 

 

_ Les requins-marteaux _____________________________________________________________________________________________________
 

 

Les grossesses sans accouplement sont possibles chez les requins-marteaux.

Une femelle en captivité a mis au monde un bébé sans avoir eu de contact avec un mâle au cours des trois dernières années.

 

Les scientifiques ont résolu l’énigme du bébé requin-marteau mystérieusement apparu, en 2001, dans un aquarium occupé par trois femelles dans le zoo Henry Doorly, au Nebraska, aux États-Unis. Le bébé est né par parthénogenèse ou fécondation virginale. La parthénogenèse est une reproduction monoparentale au cours de laquelle un oeuf se développe en embryon sans avoir été fertilisé par le sperme.

 

 

Les fécondations virginales surviennent chez certaines espèces d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et de poissons mais elles sont extrêmement rares. Elles n’avaient encore jamais été observées chez les poissons cartilagineux comme les requins et les raies. Cette naissance étonnante, survenue en 2001, avait surpris les scientifiques qui étaient persuadés que les animaux placentaires, incluant les requins, avaient besoin du matériel génétique du sperme et de l’ovule pour produire des bébés viables.

 

Pour percer le secret de cette naissance, des scientifiques de l’Université Queens à Belfast et de l’Université Nova Southeastern, en Floride, ont fait des tests génétiques avec le bébé. Au moment de la naissance, trois femelles requins-marteaux habitaient l’aquarium en présence d’un requin léopard et d’une raie. Les femelles étaient séparées des mâles de leur espèce depuis plus de trois ans.

 

Les scientifiques croyaient qu’une des femelles pouvait avoir conservé du sperme dans son organisme pendant ces années ou s’être accouplée avec le requin léopard. Mais aucune trace d’ADN paternel n’était présente chez le bébé et celui-ci était génétiquement identique à l’une des femelles.

 

Les scientifiques s’inquiètent pour la survie des requins. Dans la nature, ces animaux sont menacés par la surpêche. Si la diminution de la population des requins entraîne la parthénogenèse parce que les femelles ont du mal à trouver un mâle pour se reproduire, l’espèce risque de s’affaiblir. La reproduction asexuelle réduit la diversité génétique et rend plus difficile l’adaptation des animaux aux nouvelles conditions environnementales et aux maladies.

 

 

 

_ Les requins zèbres _______________________________________________________________________________________________________
 

 

Un requin zèbre femelle, parfaitement célibataire, intrigue au plus haut point la communauté scientifique.

 

Zebedee, qui vit dans un aquarium à Dubaï, vient de pondre, sans avoir jamais été en présence d'un mâle et pour la quatrième année consécutive,

des œufs qui ont donné naissance à de petits requins en parfaite santé.

 

 

Mais le cas de Zebedee est significatif, car sa reproduction n'a rien d'exceptionnel : le phénomène se répète pour la quatrième année consécutive.

 

Ce mode de reproduction inattendu pourrait expliquer pourquoi les requins, apparus il y a 400 millions d'années, ont traversé les millénaires quand tant d'autres espèces, dont les dinosaures, ont disparu, souligne la BBC. >> Plus d'infos.

 

La progéniture issue d'une parthénogenèse est génétiquement très proche de la mère, mais pas identique comme dans le clonage.

Tous les bébés requins sont néanmoins du même sexe que leur génitrice.