À ce jour, vous êtes  855 150 internautes à avoir visité ce site et 8.750 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Rencontres

>> Rencontres > Rencontres avec des amateurs

 

2014  

 

2013
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

La pétoche à Maurice par Frédéric

 

Plongeur et vidéaste acharné, JC effectue chaque année un pèlerinage à l'île Maurice afin d'assouvir sa passion de l'image.
Des centaines d'immersion lui ont permis de devenir sur place un guide connu et reconnu mais jamais il n'aurait pu penser croiser dans ces eaux un grand blanc.

Ce jour-là, nous plongeons aux abords d'un îlot. Je filme la faune quand survient ce que je crois d'abord être un gros dauphin.
En bon vidéaste, je fonce sur la bête et constate rapidement qu'il s'agit d'un gros requin.
Son calme m'incite à m'approcher de lui, nous jouons ; je le poursuis, il me rejoint, évite la caméra pour revenir aussitôt.

Tout cela sans attitude agressive. Il faut dire que je n'avais à aucun moment reconnu en lui un grand blanc, jusqu'alors inconnu à Maurice !
Au bout de trois minutes, je me pose des questions, constatant l'absence de mes camarades. Un coup d'oeil vers le bas et je les vois tous plaqués au fond, pétrifiés de peur. Je les rejoins et réalise enfin ce que je venais de vivre.

La bête, après plusieurs passages, finit par s'éloigner, donnant le signal d'une remontée légèrement plus rapide que celle que nous imposent les tables de remontée.

Cette rencontre a suscité l'excitation des plongeurs locaux et l'émoi de l'office du tourisme !
Mais elle reste heureusement exceptionnelle et beaucoup s'interrogent déjà sur les raisons de la présence de ce requin blanc aussi loin de son aire de répartition habituelle.

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Un grand blanc à Marseille par Claude 

 

Marseille, les îles du Frioul, où se trouve coulé un bateau de la première guerre mondiale, Le Miquelon, accueille une équipe
de neuf plongeurs qui saute à l'eau. En surface, un homme assure la sécurité. La mer est calme et limpide ...

Deux plongeurs remontent : un couple ravi qui raconte son odyssée au milieu des poissons. Ils s'étonnent aussi d'avoir vu des congres en pleine eau. L'homme de surface scrute la mer en cherchant les parachutes de palier des autres palanquées. Celui qui sort de l'eau est celui de cinq plongeurs qui sortent de l'eau en hurlant avoir vu un énorme requin. Ils sont rapidement hissés à bord du bateau. Un aileron apparaît alors en surface. Le requin longe la coque du bateau et il dépassait de 30 cm la longueur du bateau qui fait 6 m de long !

 



Puis apparaît le second parachute de palier. Il reste à ce moment-là deux plongeurs dans l'eau. Arrive également un bateau de pêche qui croise dans les parages.
Le capitaine tente alors d'attirer le requin pour que le bateau de pêche puisse récupérer les deux plongeurs mais avant qu'il ne puisse commencer quoi que ce soit, le requin se dirige droit sur les deux plongeurs. L'un des cinq plongeurs déjà remonté sur le bateau a alors sauté dans l'eau pour récupérer ces camarades. Il est revenu avec l'un deux en quelques instants pendant que le second a eu le réflexe de redescendre sur le fond situé heureusement à 8 m.

Il est finalement remonté à toute allure, se sentant voler hors de l'eau, hissé par des mains secourables. Nous avons appelé les pompiers, demandant une aide d'urgence, car les paliers n'avaient pas été effectués correctement. Ils sont arrivés en retard, pas au bon endroit ... résultat trois plongeurs se sont retrouvés dans un caisson de recompression ! Plus de peur que de mal ! Longtemps après, les plongeurs se sont retrouvés pour discuter de leur expérience unique qu'ils venaient de vivre. Un des plongeurs, dentiste, se souvient de la forme des dents du squale. Ces dents si grandes, qui donnent un frisson dans le dos, mais malgré tout le requin blanc n'a jamais été agressif, inquisiteur ... mais il était si gros.

Ce requin aperçu à Marseille fut entrevu un peu après par des pêcheurs. Mais comme tous les prédateurs, il n'est pas resté au même endroit. Son territoire de chasse est vaste et son temps de résidence dans un lieu précis n'est que de quelques jours ...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2012
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Chasseur et requin-tigre par Peter

 

Jesse Jiszny part pour une partie de chasse sous-marine avec 3 amis, à bord d'une embarcation au large de Koné, en Nouvelle-Calédonie.
Il est 14 h lorsqu'il harponne un poisson perroquet qui se réfugie sous une patate de corail à 15m de profondeur.

Il raconte " En nageant, j'ai tourné la tête et là j'ai vu un gros requin-tigre arriver la gueule ouverte. Il était penché, les lèvres relevées,, je voyais toutes ses dents. Il venait me charger au niveau du torse. J'ai pensé ; c'est foutu ! ". Le chasseur désarmé frappe le requin sur le museau. Ce dernier s'éloigne puis revient à la charge par en dessous, l'attrape par la cheville gauche et le tire vers le fond. Profitant d'un relâchement de la mâchoire, la victime se dégage en donnant un coup de palme. Pour la troisième fois, le squale mord au niveau du tibia et du genou.

 



"Il m'a secoué comme un chiffon. J'étais recourbé sur lui avec les mains sur sa gueule. J'ai alors senti un truc mou : j'ai mis le pouce, c'était l'œil. Le requin n'a pas apprécié. Il a rebroussé chemin. Enfin pas tout à fait. Il est remonté vers mon binôme qui nageait en surface, mais les autres l'ont sortis de l'eau. Tout s'est passé en quelques secondes." A bord de l'embarcation, les compagnons parent à l'urgence en lui posant un garrot tout en faisant route le plus rapidement possible vers le rivage. Accueilli au dispensaire de Koné, il est ensuite évacué par hélicoptère vers le CHT de Nouméa. Il souffre d'une plaie à la main, mais peut bouger sa jambe et espère pouvoir retrouver totalement son intégrité physique.

L'alimentation incroyablement variée du requin-tigre en fait un redoutable prédateur. Il attaquera s'il a faim, stimulé par les signaux de détresse émis par un poisson fléché. En phase d'approche terminale sur sa proie, il se trouve en situation de concurrence avec le chasseur. Il est difficile de savoir si le requin a choisit d'agresser l'homme qu'il considère comme un rival ou s'il le confond avec la proie ...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Un grand blanc à Marseille par Claude 

 

Marseille, les îles du Frioul, où se trouve coulé un bateau de la première guerre mondiale, Le Miquelon, accueille une équipe
de neuf plongeurs qui saute à l'eau. En surface, un homme assure la sécurité. La mer est calme et limpide ...

Deux plongeurs remontent : un couple ravi qui raconte son odyssée au milieu des poissons. Ils s'étonnent aussi d'avoir vu des congres en pleine eau. L'homme de surface scrute la mer en cherchant les parachutes de palier des autres palanquées. Celui qui sort de l'eau est celui de cinq plongeurs qui sortent de l'eau en hurlant avoir vu un énorme requin. Ils sont rapidement hissés à bord du bateau. Un aileron apparaît alors en surface. Le requin longe la coque du bateau et il dépassait de 30 cm la longueur du bateau qui fait 6 m de long !

 



Puis apparaît le second parachute de palier. Il reste à ce moment-là deux plongeurs dans l'eau. Arrive également un bateau de pêche qui croise dans les parages.
Le capitaine tente alors d'attirer le requin pour que le bateau de pêche puisse récupérer les deux plongeurs mais avant qu'il ne puisse commencer quoi que ce soit, le requin se dirige droit sur les deux plongeurs. L'un des cinq plongeurs déjà remonté sur le bateau a alors sauté dans l'eau pour récupérer ces camarades. Il est revenu avec l'un deux en quelques instants pendant que le second a eu le réflexe de redescendre sur le fond situé heureusement à 8 m.

Il est finalement remonté à toute allure, se sentant voler hors de l'eau, hissé par des mains secourables. Nous avons appelé les pompiers, demandant une aide d'urgence, car les paliers n'avaient pas été effectués correctement. Ils sont arrivés en retard, pas au bon endroit ... résultat trois plongeurs se sont retrouvés dans un caisson de recompression ! Plus de peur que de mal ! Longtemps après, les plongeurs se sont retrouvés pour discuter de leur expérience unique qu'ils venaient de vivre. Un des plongeurs, dentiste, se souvient de la forme des dents du squale. Ces dents si grandes, qui donnent un frisson dans le dos, mais malgré tout le requin blanc n'a jamais été agressif, inquisiteur ... mais il était si gros. Ce requin aperçu à Marseille fut entrevu un peu après par des pêcheurs. Mais comme tous les prédateurs, il n'est pas resté au même endroit. Son territoire de chasse est vaste et son temps de résidence dans un lieu précis n'est que de quelques jours ...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2011
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Histoire d'amour par Arnold

 

Arnold Pointer, un pêcheur pro du sud de l'Australie a un problème. Une femelle requin blanc semble s'être entichée de lui depuis le jour où il l'a libérée d'un filet qui la vouait à une mort certaine.

 

 

Cela fait maintenant deux ans qu'elle ne me lâche plus. Elle me suit partout ! Elle fait fuir les poissons que j'essaie d'attraper. J'en ai marre, je ne sais plus quoi faire.

 

 

Effectivement il semble difficile de se débarrasser d'un requin protégé et mesurant 5 mètres de long. D'autant plus, qu'ai fil du temps, une affection mutuelle semble s'être installé entre Arnold et Cindy, qui demande son lot quotidien de caresses.

 

 

Dès que j'arrête le bateau Cindy se met sur le dos pour que je lui caresse le ventre et le cou. Le plus embêtant c'est quand elle veut jouer ... elle me balance des otaries de 200 kilos à moitié déchiquetées sur mon bateau.

 

 

La dernière fois, j'ai du refaire toute la cabine de pilotage.

 

 

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2010
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Les dieux étaient avec moi ... et mon rêve se réalisa par Vincent

 

Depuis 1998, année durant laquelle j'ai fait mes premières bulles, j'ai toujours été fasciné par les requins.
Cet animal qui fait peur à tout le monde et qui pour moi, n'essaye que de défendre son territoire comme nous le faisons nous même.

Il était donc normal de rêver de les approcher de près.Cela a commencé par quelques aquariums mais sans jamais pouvoir assouvir ce désir de les rencontrer dans leur milieu naturel. J'avais déjà eu l'occasion d'aller à Durban (Afrique du Sud) où l'on place des filets anti-requins, qui sont vérifiés en permanence, le long des plages. J'avais lors de ce voyage pu entendre toutes sortes d'histoires sans jamais pouvoir discerner le vrai du faux.

Et mon rêve n'avait toujours pu se réaliser quand un jour, j'ai pu me rendre à Cap Town (Afrique du Sud) avec la possibilité de profiter d'un jour de liberté. Mon choix pour cette journée s'est porté sur une plongée en cage avec les grands requins blancs. Et là, à commencer le difficile choix de l'organisateur. Après quelques demandes de prix et d'infos via Internet, mon choix s'est porté sur la société UNREALDIVE, choix que je ne devais pas regretter tant ils font preuve de professionnalisme.

 



Enfin ce grand jour du mois de juin est arrivé. Il est bon de savoir que la meilleure période pour les apercevoir est l'hiver mais avec la contrepartie que si la mer est mauvaise, il n'y a pas de sortie bateau. C'est donc avec une appréhension toute naturelle que j'attendais ce jour, non pas à cause de la peur des requins mais de la peur de ne pouvoir aller en mer. Et il semblait que les dieux étaient avec moi, car la météo du matin était plus que bonne. Après quelques minutes d'attente, le bateau fut mis à l'eau et quel bateau, un bateau avec une puissance phénoménale et avec un drôle de cage oblongue sur le pont principal.
Nous nous sommes alors dirigés vers le point de plongée appelé ' shark alley', à proximité d'îles peuplées de phoques du Cap à fourrure.

Entretemps, le vent s'était levé et le bateau s'est mis à bouger dans tous les sens. Juste le temps de mettre la cage à l'eau pendant que nous passions notre combinaison et que l'équipage appâte les requins avec des abats, que le premier grand blanc surgit avec son aileron hors des flots. Je peux vous assurer que ce moment là est le plus éprouvant. Ensuite on se faufile à 5 dans la cage et là, c'est le bonheur et la joie les plus intenses. Car du grand blanc, il y en a eu. Chaque fois qu'un requin approchait de la cage, on descendait dans celle-ci, en apnée, le temps de voir passer ce superbe animal. Le requin étant obligé de nager en continu pour capter l'oxygène de l'eau, le passage de chacun est limité  quelques secondes, mais cela suffit pour remplir nos yeux, nos mémoires et surtout notre appareil photo de souvenirs incroyables. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et il a fallu remonter sur le pont et penser à rentrer.
Le retour s'est passé à une vitesse folle, car chacun était dans ses pensées et souvenirs ... 

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Quelle plongée !  par Yves

 

Fin de plongée pour deux plongeurs qui viennent de passer un long moment à 40 m. Les deux plongeurs se rapprochent de la surface,
lorsqu'ils voient se matérialiser, dans l'épaisseur de bleue, une silhouette inquiétante ... la forme ondule, puissante, harmonieuse.
C'est un requin longimane ... appelé parfois requin vorace tellement il a la réputation d'engloutir tout ce qu'il trouve.

Dans l'eau, le squale est chez lui. Les plongeurs se voudraient tout petit, voir invisibles ... mais ils doivent encore effectuer un palier de décompression à 3 m de fond. Le squale est toujours là, il semble intéressé. Il s'approche. Il mesure 4 m de long. Les deux plongeurs éprouvent un sentiment mêlé d'admiration et de crainte.
En même temps, ils n'échangeraient pas ce moment d'émotion  ...

Le squale commence à effectuer des cercles de plus en plus petits afin de se rapprocher davantage des deux plongeurs.
Ceux-ci adoptent la position dos-à-dos, afin de toujours avoir le requin dans leur champ de vision.
Pour l'affronter de face ... le squale se rapproche encore. Il frémit. Il ouvre un peu la gueule , comme pour goûter.
Ses fentes branchiales palpitent.

Les plongeurs sont armés d'un débordoir à requins. Ils assènent des coups sur le nez ou les flancs du requin, afin de le tenir à distance chaque fois qu'il se fait trop pressant. Écœuré par la résistance de ces drôles de poissons à peau de néoprène, le requin longimane renonce. Il tournoie encore un moment, hésite, s'éloigne, revient puis s'en va ... Les deux plongeurs remontent dans leur canot. Ils tremblent mais ce n'est pas de froid ...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2009
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Défense du territoire par Benard C.

 

Ma première rencontre avec un requin fut en Polynésie. Quand je dis un, en fait il y en avait au moins cinq d'environ 1m, des pointes blanches. Ils se sont approchés
de moi, par curiosité je pense, j'ai eu très peur au début, car ils nagent vite. Mais ils se sont désintéressés de moi très rapidement....ce qui m'a un peu frustré, je les ai vu disparaître aussi vite qu'ils étaient arrivés. La culture du requin en Polynésie est extraordinaire. Les Polynésiens respectent les requins, Ils n'aiment pas que les gens chassent le requin. Car pour eux, ce sont leurs ancêtres. Ils ne semblent pas les craindre outre mesure, car ils sont capables de plonger au milieu de ces animaux sans la moindre appréhension. Bien sûr lorsqu'ils voient un tigre, là, ils font très attention, ils ne sont pas fous. 

 

 

D'ailleurs il n'y a pas à ma connaissance d'attaques graves de requins en Polynésie. Il y a même des bassins avec des requins parmi lesquels des enfants et des adultes se baignent sans risques. Il y a bien plus d'accidents très graves avec le ''fameux'' poisson pierre, qui lui est très dangereux. J'ai eu une autre expérience avec un requin d'environ 2m à 2.50m. je ne sais pas de quelle espèce. Je nageais en apnée pour observer les merveilleux fonds sous marins (seulement  4 à 5m de profondeur) quand j'ai aperçu un requin à une vingtaine de mètres de moi, qui nageait très lentement entre deux eaux. Il s'est mis à courber sont corps vers le bas et à ouvrir ces mâchoires, il s'était presque immobilisé. Là, je me suis dit celui là, m'a aperçu avant moi et il communique avec moi pour me dire: ''attention, tu viens de franchir mon territoire''. J'ai alors reculé lentement, très lentement, le requin à alors repris une posture normale et à continué sa route avec lenteur, beaucoup de grâce et d'indifférence....c'était sublime. 


Vite de l'air........La principale raison qui fait que le requin attaque l'homme, c'est que l'homme dérange le requin, puis vient ensuite toutes les autres raisons possibles. Les attaques graves de requins se trouvent principalement dans des régions très peuplées et où l'inconscience et/ou l'ignorance (une des principales tares de notre civilisation) font que des baigneurs ou des surfeurs vont assumer leurs loisirs parmi les requins les plus dangereux au monde, tel le grand blanc, le Tigre, et pire, le Bouledogue. Je serai heureux de participer avec un groupe sérieux pour l'obtention de droits et  à la reconnaissance par l'homme, de l'égalité des animaux vivants sur cette planète,  au même titre que les humains. Mais là, je nage dans un océan d'utopie parmi les pires requins, j'ai nommé les hommes.

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2008
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Rencontre avec un grand blanc en Méditerranée par Fabrizio M S..

 

Fabrizio a été attaqué par un grand blanc de 5 m, alors qu'il plongeait sur un fond de 30m à 11 heures du matin au large de la mer Thyrrenienne. Il avait constaté que la mer était étrangement vide, sans les nombreux poissons qu'il observait à cet endroit. "Je n'ai vu l'énorme requin qui se dirigeait vers moi que quand il se trouva à une distance d'à peu près 10 m ! Je commençais aussitôt à donner des coups dans sa direction. L'animal surpris par la réaction de l'étrange 'phoque' qu'il croyait attaquer, tourne à gauche avec un grand coup de queue, à peine à 3 m de moi. Il s'éloigne lentement pour un bref instant, et il revient dans ma direction, puis vire encore à gauche
quand je reprends mes gestes de défense.

 



Ce comportement se répétait encore à deux reprises. Finalement, le mouvement de l'eau provoqué par les coups de queue m'avait renversé dos sur un rocher et le requin était de nouveau en train de s'attaquer à moi. Instinctivement j'ai fait une dernière tentative désespérée en faisant feu avec mon fusil de chasse sous-marine (pour rappel, à cette époque la chasse sous-marine avec bouteilles n'était pas interdite en Italie). Le requin tourne alors vers le haut, passe juste au-dessus de moi et disparaît  dans l'eau troublée par la boue soulevée par ses impressionnants coups de queue".

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2007
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Rencontre avec un grand blanc en Méditerranée par Teddy S.

 

Italie, à 1,5 mile des côtes de l'Adriatique à 24 mètres de profondeur ...
" L'eau était trouble et il y avait une visibilité d'à peu près 8 m. L'espace d'une seconde, j'ai soudain vu passer en dessous de moi un requin blanc d'une longueur de 5-6 m. Son corps était particulièrement très large. Il avait une carène sur le pédoncule caudal et sa couleur était d'un gris de plomb. Je me souviens aussi avoir remarqué des traces blanches sur sa peau, qui semblaient être des cicatrices. L'instant suivant, il n'était plus visible.
L'ami qui était en plongée avec moi ne le vit pas, mais constatait cependant que les maquereaux étaient très nerveux et se pressaient étrangement vers le fond de la mer. Ne le voyant plus, nous sommes sortis de l'eau sans plus tarder".

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2005
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Massacre gratuit  par M. Snyderman

 

J'étais sur un bateau de pêche quand soudain un pêcheur s'est écrié : "On en a un gros par ici. Pointes-vous !".Tout le monde a remonté sa ligne et s'est précipité sur le pont. J'en ai fait autant et j'ai demandé à celui qu'on appelait à bord 'hook up', le remonte hameçon ce qui se passait. Quelqu'un a attrapé un requin !
 Un combat entre l'homme et la bête commença sous les encouragements de l'équipage.Puis l'homme cria à la cantonade "Que quelqu'un lui fasse la peau dès qu'on lui verra le museau ! Pas question de ramener ce salaud sans une balle dans la tête ! ". La lutte se poursuivait. Le pêcheur semblait devoir remporter la victoire car il rembobinait régulièrement sa ligne.


Tout le monde scrutait l'eau et essayait de distinguer l'animal. Quelques instants plus tard, je l'ai vu comme je vous vois. C'était bien un requin mais pas aussi énorme ou effrayant que je l'avais imaginé. Sitôt qu'on a vu le requin, quelqu'un a réclamé de la place et un homme s'est frayé un chemin, un fusil à la main.
Plusieurs types ont lancé des phrases telles que "Brûle-lui la cervelle, à ce salaud ! Le rate pas ! C'est ça qui nous bouffe tous nos poissons ! Un bon requin est un requin mort !". Soudain je me suis senti du côté du requin.Nous étions mà essayant de tuer un animal à qui on reprochait d'être vorace, stupide, et qui méritait d'être massacré parce qu'il était accouru vers la manne, alors que sa réaction était tout à fait normale.

Secrètement, je me suis pris à souhaiter que le requin coupe la ligne et retrouve la liberté.Quand j'ai enfin pu regarder le requin, j'ai vu un animal épuisé, luttant encore pour sa vie.Ce n'était pas un monstre ou un salaud. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait le tuer s'il n'était pas prévu de le hisser à bord et de le manger.
On aurait dit que nous n'allions le tuer que pour satisfaire quelque besoin pervers. Quelques secondes plus tard, le requin est apparu en surface et on lui a tiré dessus, à la tête et dans le dos. Le requin a commencé à perdre son sang et très vite n'a plus bougé.On a alors décidé de couper la ligne qui le retenait et presque aussitôt tout le monde est retourné à son poste. Je suis resté accroché au bastingage à regarder cette forme sans vie rouler sur elle-mêmeen s'enfonçant dans les profondeurs. J'étais rempli de honte et de colère ...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2004
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Plonger avec des requins par MC

 

Beaucoup de plongeurs qui le veulent, peuvent plonger avec les requins. J'ai effectué 5 plongées avec des requins taureau, une des pires espèces. Chaque fois, nous étions une bonne quinzaine  de plongeurs. Le moniteur les attirait avec un poisson fraîchement tué. J'étais à 5 mètres de celui-ci, Nikonos en main. J'ai pris des photos. Les requins (6) nous passaient au-dessus, faisaient un cercle, revenaient ... jusqu'à ce que le plus gros (c'était toujours le plus gros) prenne le poisson. Quelques minutes plus tard, aussi soudainement qu'ils étaient arrivés, ils disparaissaient...

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Les rencontres plongeurs-requins ne sont pas fréquentes par MC

 

Au cours de plus de 300 plongées dans les Caraïbes, après avoir parlé à des centaines et centaines de plongeurs, Très peu d'entre eux ont vu des requins. Je peux difficilement donner un pourcentage, mais il est infime. Dans les cas où ils en ont vu, les requins étaient aux confins du visible ... loin! Je me rappelle qu'en 1988, aux Turks and Caicos (sud des Bahamas), les requins étaient très fréquents. Certains des plongeurs en ont vu. Pas moi. Quelques jours avant mon départ (séjour de deux semaines et 22 plongées), j'en ai vu un, énorme (en anglais "Bull Shark") qui est passé près de mon copain et moi, à environ 25 mètres, poursuivant son chemin comme si de rien n'était..

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________