À ce jour, vous êtes  755 750 internautes à avoir visité ce site et 6.300 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Dangers

>> Dangers > Dangers pour l'Homme > Un succès de l'évolution

 

La genèse

 

_ Des débuts difficiles _______________________________________________________________________________________________________  
 

 

L'apparition des premiers requins remonte à 440 - 430 millions d'années, au Dévonien.

 

 

Les fossiles de requins bien conservé sont très rares à cause notamment de la nature cartilagineuse de leur squelette.

Généralement ce sont les dents qui résistent le plus à l'altération du temps. La phylogenèse du requin est donc particulièrement délicate.

 

 

 

Les squelettes les plus anciens furent découverts à la fin du XIXe siècle dans l'État de l'Ohio aux États-Unis

sont du genre Cladoselache, datant du Dévonien supérieur (360 Ma).

 

 

 

D'une taille d'environ 2 m, ce requin est loin d'être en position de superprédateur, mais plutôt de proie en particulier

des Placodermes comme le Dunkleosteus.

 

 

 

Si le squelette le plus ancien fut découvert aux Etats-unis, c'est en Espagne que la plus ancienne dent fossile de requin fut retrouvé datant du début du Dénovien. Les quelques fossiles de Cladoselache ont permis d'établir que ce requin, qui était de taille modeste, avait une allure similaire au requin d'aujourd'hui mais qu'il possédait néanmoins des particularités anatomiques bien différentes.

 

 

 

La disparition des Placodermes vers 354 Ma va favoriser le développement des chondrichtyens, en particulier en matière de diversité.

 

 

 

_ Extinction n°1 ____________________________________________________________________________________________________________
 

 

À la fin du Permien, une extinction de masse se produit faisant disparaître 90 % des espèces marines dont des chondrichtyens.

 

 

 

Les rares survivants, comme les xénacanthes, vont subsister une quarantaine de millions d'années après la crise, puis finiront par s'éteindre.

 

Selon toutes les estimations, les extinctions de la fin du Permien ont représenté la catastrophe la plus importante que la vie sur Terre ait jamais connue.


Leur place de seigneurs des mers ne va pas rester longtemps vacante et ce sont les vrais requins, en particulier les hybodontes,

qui vont rapidement en profiter.

 

 

_ Extinction n°2 ____________________________________________________________________________________________________________
 

 

Une deuxième extinction à la fin du Trias opère à nouveau une sélection et élimine, par exemple, les xénacanthes qui avaient vécu pendant 200 Ma.

 

 

 

Au Mésozoïque, les hybodontes se distinguent par leur grande taille (au moins 3 m) et une mâchoire capable de broyer n'importe quelle carapace.

 

 

 

Les requins de type moderne sont apparus au début du Mésozoïque. Durant la période du Jurassique supérieur,

une ultime divergence s’effectue dans l’évolution des élasmobranches (requins et raies) qui a conduit au développement des requins modernes.

 

Ils sont donc sous leur forme moderne depuis 100 millions d'années, ce qui prouve leur perfection d'adaptation.

 

Plusieurs améliorations furent apportées à leurs squelettes.

Les vertèbres cartilagineuses s’imprégnèrent de calcium (calcification), leur permettant ainsi de résister aux fortes pressions.
Les os de la mâchoire supérieure s’articulèrent autour de la boîte crânienne, permettant à l’animal d’ouvrir grand sa gueule.
Le cerveau et ses zones sensorielles s’agrandirent, en particulier les lobes olfactifs.

 

 

 

C'est probablement, il y a 180 millions d'années environ, qu'apparaissent les premiers requins de type heterodontiformes, orectolobiformes et carcharhiniformes. A la même période, d'autres espèces vont évoluer différemment pour donner naissance à des requins tels que les hexanchiformes, les squaliformes, les squatiniformes et les batoïdes (raies).

 

Cette explosion des nouveaux requins est certainement la mieux documentée puisque près de 2.350 espèces fossiles, datant des 200 derniers millions d'années de l'histoire de la vie, ont été décrites par les spécialistes.

 

 

_ Extinction n°3 ____________________________________________________________________________________________________________
 

 

Au Jurassique, les néosélaciens sont en compétition avec les hybodontes mais l'extinction du Crétacé, il y a 65 Ma, provoqua la fin des hybodontes

ainsi que celle de beaucoup d'autres espèces à commencer par les dinosaures.

 

 

 

Les mers chaudes et peu profondes du Crétacé furent le centre d'une intense activité sous-marine, constituant un immense réservoir de proies,

favorisant naturellement l'évolution des prédateurs dont les requins atteindront le premier rang.

 

L'un des cas les plus spectaculaires est certainement celui des Lamniformes, qui apparaissent il y a près de 140 millions d'années.

 

 

_ Extinction n°4 ____________________________________________________________________________________________________________
 

 

Vers la fin du Crétacé la plupart des grandes espèces marines vont à nouveau disparaitre.

 

Les requins et les raies, bien que très affectés par cette extinction massive, vont néanmoins reprendre le dessus et se diversifier à partir de l'Eocène.

Ils vont évoluer progressivement vers les espèces que l'on connait aujourd'hui, à quelques exceptions près comme par exemple le géant mégalodon (Carcharocles megalodon).

 

 

Il a probablement été le superprédateur des océans tropicaux à partir du Miocène. Il pouvait facilement atteindre les 13 m.

 

 

 

On trouve ses dents fossilisées un peu partout sur Terre. Ce requin s'est éteint vraisemblablement il y a 1,6 Ma.

 

>> Plus d'infos sur le Megalodon

 

 

Taillé comme un superprédateur

 

_ Hydrodynamisme _________________________________________________________________________________________________________
 

 

Voir évoluer les requins dans son milieu naturel permet de vite se rendre compte de l'efficacité de son corps fuselé.

 

 

Un hydrodynamisme parfait, dû non seulement à la forme de leur corps, mais également au revêtement de leur peau.

Une forme parfaite des plus efficaces, offrant le minimum de résistance dans l'eau leur permettant de glisser avec un effort réduit.

 

La silhouette de l'animal parait être idéale chez le grand blanc, lui offrant un hydrodynamisme proche de la perfection.

 

 

_ Superprédateur __________________________________________________________________________________________________________
 

 

Si le requin impressionne depuis toujours, c'est certainement grâce à son intégration réussie dans les nombreux écosystèmes marins.

Certains requins tels que le requin bouledogue sont même capable de vivre en eau douce.

 

Le requins est  un supeprédateur en force. La plupart des espèces sont au sommet des chaînes alimentaires, et représentent ainsi un des maillons les plus importants pour la bonne santé des écosystèmes. Un océan sans requins est un océan malade. 

 

 

 

Et pour cela, il possède des armes redoutables.

 

A commencer par ses mâchoires. Alors que les requins les plus archaïques ont une mâchoire supérieure soudée au crâne, limitant ainsi le choix de leurs proies, la plupart des requins modernes possèdent des mâchoires de type hyostylique. Désolidarisées du crâne, elles ont une plus grande mobilité, et peuvent alors devenir proéminentes lors de l'attaque d'une proie pour mieux l'attraper.

 

 

 

Ces solides mâchoires ne seraient pas aussi impressionnantes sans une puissante dentition.

Et ces dents, positionnées en plusieurs rangées, ont la particularité de se renouveler constamment.

Elles prennent naissance dans la cavité du cartilage maxillaire, et migrent vers l'extérieur de la mâchoire.

 

 

 

Lorsqu'elles tombent ou sont cassées, elles sont rapidement remplacées par la dent suivante qui se redresse au fur et à mesure qu'elle migre.

Les dents fonctionnelles sont remplacées environ tous les 8 à 15 jours.

 

Les requins n'ont ainsi aucun risque de ne plus pouvoir chasser aussi efficacement lorsque leurs dents se cassent.