À ce jour, vous êtes  755 750 internautes à avoir visité ce site et 6.300 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Dangers

>> Dangers > Dangers pour l'Homme > Les compagnons inattendus

 

Dans les océans, nombreux sont les poissons et autres animaux essayant de profiter des autres.  Le requin n'échappe pas à la règle.

 

Le mutualisme


Cette relation entraîne des bénéfices pour chacun des organismes concernés. 

Attention, il ne faut pas confondre le mutualisme avec la symbiose qui, elle, est indispensable à la survie des 2 espèces mises en cause.

 

_ Le rémora ______________________________________________________________________________________________________________
 

 

Il se nourrit de débris et chevauche la lame d'étrave de leur compagnon, mais leur ventouse lui permet, en plus, de s'y fixer régulièrement.

En échange, le rémora débarrasse son hôte d'une bonne partie de ses parasites externes, jusque dans ses fentes branchiales où il peut se faufiler.

 

 

Il existe 8 espèces de rémoras, qui se fixent sur le ventre ou le dos de leur hôte et s'en détachant à volonté. Bien qu'ils nettoient les requins de leurs parasites, les rémoras ne sont pas toujours à l'abri de leurs mâchoires.

Ils se fixent au requin au moyen d'un disque adhésif qu'ils ont sur la tête. Ce disque, qui est en fait une nageoire dorsale modifiée, fonctionne selon le principe de la ventouse. C'est la pression de l'eau qui assure l'adhérence de la ventouse.

 

 

 

_ Les crevettes rayées _______________________________________________________________________________________________________
 

 

 

Ces crevettes nettoyeuses inspectent la bouche, les dents et les branchies des requins, s'arrêtant dans la zone d'habitat des crevettes.

Les requins sont nettoyés de leurs déchèts dont les crevettes se nourrissent.

 

 

 

_ Les poissons spécialisés ___________________________________________________________________________________________________
 

 

 

Des poissons spécialisés dans la capture de parasites s'approchent sans crainte des grands prédateurs  pour mener à bien leur délicate opération de nettoyage. Le requin dérangé par la présence de ces parasites est soulagé et le nettoyeur se nourrit à l'oeil.

 

 

 

 

Le commensalisme

 

Cette relation est définie lorsqu'un organisme tire profit de la vie en commun, sans que son partenaire en subisse de conséquences.

Évoluant dans ce cadre relationnel aux côtés des requins, le poisson-pilote constitue l'exemple le plus significatif.

 

Sa présence près des grands requins semble plutôt justifiée par les bénéfices qu'il en tire, se nourrissant de rebuts et nageant aisément au sein du flux hydrique de déplacement de son compagnon de route.     

 

_ Les poissons pilotes _______________________________________________________________________________________________________
 

 

 

Ils sont protégés par leur compagnon de voyage : rares en effet sont les prédateurs qui se risqueraient à chasser près d'un requin.

Ils bénéficient en outre des restes de nourritures des requins. Ils doivent cependant surveiller leurs arrières s'ils ne veulent pas finir dans leur gueule.

 

 

_ Les cobias ______________________________________________________________________________________________________________
 

 

 

Ils se réfugient près des requins, qui leur offrent leur protection.
Ils contribuent à la propreté du récif en mangeant les restes de nourriture des autres poissons.

 

 

_ Les carangues royales _____________________________________________________________________________________________________
 

 

 

Elles profitent du flux d'eau généré par le déplacement du requin-baleine pour avancer sans trop d'effort.

 

 

 

 

Les parasites

 

Cette relation caractérise les rapports entre deux organismes dont l'un tire profit au détriment de l'autre.

 

Malgré leur peau épaisse et robuste, les requins sont affectés par divers parasites externes. Ce sont surtout des petits copépodes qui, à l'aide de leurs crochets acérés, s'accrochent à la peau des squales pour se nourrir des tissus de leur hôte.

 

Les requins ont un métabolisme peu propice à l'épanouissement des parasites internes, notamment à cause de leur régulation osmotique avec leur urée.

Seuls les vers plats peuvent s'y développer, comme les trématodes, les cestodes et les nématodes.

 

Les parasites vivant aux dépens des requins sont différenciés en 2 groupes.

 

Les Ectoparasites : fixés sur la peau ( nageoires, branchies et cornée) ou aux orifices génitaux et digestifs ; vers plats, sangsues, copépodes.
Les Endoparasites : évoluant à l'intérieur de leur hôte ; cestodes, nématodes, trématodes.

 

 

_ Les copépodes ___________________________________________________________________________________________________________
 

 

Une espèce unique siège sur la cornée de la laimargue du Groenland.

C'est l'ommatokoita elongata.

 

 

Ces parasites gênants pour les requins représentent des mets de choix pour certains animaux marins.

C'est pourquoi, comme beaucoup de poissons osseux les requins aiment à fréquenter les " stations de nettoyage ".

 

 

 

_ Les nématodes ___________________________________________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

Ascaris (Ascaris lumbricoides)