À ce jour, vous êtes  755 750 internautes à avoir visité ce site et 6.300 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Actualites

>> Accueil > Actualités

 

Les actualités 2015  
  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 31 décembre, Shark Research Center -

 

Une nouvelle espèce de requin phosphorescent ...

 

Une équipe du Shark Research Center  en Californie, a découvert une nouvelle espèce de requins, rapporte The independant 
Les chercheurs l'ont baptisé Etmopterus benchleyi.

 


Les petits cousins d'une chercheuse,  Vicky Vasquez, lui ont cependant trouvé un autre nom moins compliqué :  le "ninja lanternshark".

 

Ce requin vit à plus de 1000 mètres de profondeur dans les eaux au large de l'Amérique centrale.
Sa peau, d'un noir intense, peut briller dans le noir quand il le souhaite. Selon les chercheurs, cette capacité lui permet de fondre sur ses proies.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 09 décembre,reunionla1ere.fr -

 

Les filets anti-requin en cours d'installation à Saint-Paul à la Réunion

 

Se baigner, surfer, plonger : ce sera bientôt de nouveau possible à Boucan Canot.
Un nouveau filet anti-requins plus grand, 626 mètres de linéaires pour 84 000 mètres carrés de surface protégée et plus résistant, est en train d' être installé.

 


PAD OFF POSE FILET ANTIREQUIN YOU TUBE ET FACEBOOK

 

Il vient remplacer le filet de protection qui avait été mis en place après les attaques de requins. Cet ancien filet était plus petit et faisait défaut à la moindre houle. 
La pause complète du nouveau filet, destiné à sécuriser toutes les activités nautiques à Boucan Canot, devrait être achevée dans quelques jours après un contrôle
final du filet et sera totalement opérationnel pour les prochaines vacances scolaires.

 

Selon la municipalité saint-pauloise, les mailles du filet de 40 centimètres sur 40 ne représentent aucun danger pour la faune marine.

En revanche, sécuriser la zone a un coût : plus de 1,5 million d’euros, financés en grande partie par l’Europe (Fonds Feder).

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 28 novembre,stuffi.fr -

 

Après les drones pour le sauvetage, une nouvelle application vient de voir le jour en Australie : les drones pour surveiller les requins à proximité des côtes.

 

Les premiers essais de drones ont débuté ce jour à Coffs Harbour. Ces essais serviront à évaluer l’efficacité des drones dans la réduction des attaques de requins,
en envoyant des images en temps réel et des coordonnées GPS à un opérateur. Le gouvernement accélère le déploiement de sa stratégie de prévention requins
à 16 millions de $ australiens (11 millions d’euros) après les attaques récentes.

 



« Il n’y a pas de moyen simple pour réduire les risques pour les nageurs et les surfeurs. Nous nous engageons à tester les meilleures nouvelles  technologies d’après les données actuelles de la science, tout en essayant de trouver des solutions effectives à long terme pour maintenir nos plages en sécurité, » a déclaré le ministre australien Niall Blair.

 

Des smart drum lines seront également testées pour protéger les surfeurs et les nageurs cet été austral. Les premières smart drum lines seront déployées à Ballina. « Les experts présents au sommet sur les requins se sont exprimés en faveur de cette technologie et je suis heureux d’annoncer que les premiers essais débuteront la semaine prochaine, » à déclaré le Ministre.

 

En plus de ces mesures, la surveillance par hélicoptères sera renforcée sur la Côte Nord.  Ils survoleront les spots au moins 3 heures par jour,
en fonction du temps, du 1er décembre 2015 au 26 janvier 2016 de Byron Bay à Evans Head deux fois par jour. Une surveillance sera aussi assurée
entre Newcastle et Wollongong, ainsi que dans des zones de la côte sud.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 20 novembre,natgeowild.com -

 

Quand un grand requin blanc  décide de s'attaquer à un  éléphant de mer

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 18 novembre,meltyxtrem.fr -

 

Des ailerons artificiels pour sauver des millions de requins ?

 

Face à la brutalité de la pêche aux ailerons de requins, la compagnie New Wave Foods a peut-être trouvé une solution durable : des ailerons artificiels.

La pêche aux ailerons de requins est une pratique considérée par beaucoup comme barbare et inhumaine. En effet, les requins sont pêchés pour leur aileron
et rejetés à la mer encore vivants. Une lente agonie… Utilisés dans la médecine et la cuisine traditionnelles asiatiques, les ailerons peuvent être vendus
jusqu'à 300 dollars au marché noir.  Pour en finir avec ces pratiques ignobles, une entreprise basée à San Francisco, New Wave Foods, est en train
de développer un produit transgénique pouvant remplacer durablement les ailerons de requins.

 

Ailerons

 

Le résultat d'une combinaison de dérivés d'algues et de protéines recombinantes.


Selon la compagnie, ces faux ailerons, issus de laboratoires, seraient d'une grande qualité et pourraient satisfaire un grand nombre de personnes.

Et plus important encore, des millions de requins pourraient ainsi être sauvés d'un destin tragique… “Grâce à la technologie, nous créons des produits de la mer
sans avoir besoin de les récolter depuis un écosystème devenu extrêmement vulnérable. Nous nous sommes inspirés de Mère Nature pour récréer ce que les gens
mangent depuis des siècles, mais de manière durable et respectueuse de l'environnement.”
a expliqué Florian Radke, le porte parole de l'entreprise.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 20 octobre,meltyxtrem.fr -

 

Un dirigeable pour prévenir les attaques de requins à La Réunion

 

Un nouveau dispositif a été mis en place à Saint-Pierre pour prévenir les attaques de requins à l'aide d'un dirigeable.

 



L'Air-Shark-Spotter, c'est le nom donné au nouveau dispositif déployé dans le ciel de la commune de Saint-Pierre à La Réunion.
Un dirigeable de 3,5 mètres équipé de caméras ultra-sensibles a été mis en place au-dessus du port de Saint-Pierre avec comme seul objectif :
détecter les requins sur les spots de surf. Un premier essai a été lancé le 3 novembre dernier. Les images prises en altitude sont plus que concluantes.

 



Elles permettent de voir sous l'eau et peuvent donc aider à prévenir les attaques de squales. La société à l'origine du dispositif travaille à la création
d'un logiciel permettant de détecter automatiquement les zones sombres en approche d'un périmètre sensible.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 07 octobre, maxisciences.com -

 

Les requins sont-ils attirés par le sang humain ?

 

Vous avez sans doute déjà vu ça au cinéma : un personnage tombe à l'eau, mais le problème, c'est qu'il est blessé.
Très vite, son sang attire tous les requins du secteur qui se réunissent pour un festin carnassier. Aussi, comme beaucoup, vous pensez que les requins sont attirés,
voire excités, par le sang. Pour mettre cette croyance à l'épreuve, des expérimentateurs n'ont pas hésité à se jeter à l'eau.

Dans la première partie de leur expérience, ils ont plongé au large des Bahamas dans une zone infestée de requin. Avec eux, une grande perche au bout
de laquelle se trouvait une éponge imbibée de sang humain. Une fois ce dispositif ouvert, le fluide rouge a commencé à se propager dans tout le secteur.
Réaction des requins ? Rien de rien ! Les hommes en ont donc déduit que les requins semblent insensibles au sang humain.

 

 

Mais qu'en est-il du sang de poisson ? Pour le savoir, ils ont replongé au même endroit, avec le même dispositif rempli de sang de barracuda cette fois-ci.
Et dès qu'il s'est ouvert, la réaction des squales ne s'est pas fait attendre ! Ils ont nagé droit vers la source de sang, sont venus mettre des coups dessus,
et ont tourné autour avec attention.

 

Cette fois, le verdict a été sans appel : le sang de poisson attire et excite bel et bien les requins !
Encore une fois, malgré leur mauvaise réputation, les requins ont montré une nouvelle fois que les proies humaines ne les intéressaient pas.
Vous pouvez donc aller vous baigner avec une plaie béante sans courir aucun danger, à part celui de faire une hémorragie bien sûr.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 29 septembre, numerama.com -

 

L'Australie veut des drones pour détecter les requins

 

Dans le classement macabre des attaques de requins sur l'homme, l'Australie est en deuxième position derrière la Floride.
Le gouvernement australien sait que les attaques de requins, même si elles augmentent, ne sont pas nombreuses.

Si elles ne mettent pas en péril le tourisme, le farniente des baigneurs et la glisse des surfeurs, on reconnaît sans mal qu'elles sont traumatisantes.
Une attaque de requin a vite fait de faire le tour du monde, quand un accident de voiture mortel, bien plus commun, ne mériterait qu'une ligne dans un journal local.


Pour éviter que la saison des plages soit gâchée par de mauvaises surprises, le gouvernement de la Nouvelle-Galles-du-Sud s'est réuni dans un premier congrès
pour discuter de la prévention contre les attaques de requin. Et les élus comptent bien sur la technologie pour les aider, notamment parce que les mesures actuelles
comme les filets de protection ne sont pas respectueuses ni de l'animal, ni de l'environnement.

 



Les requins n'y échapperont donc pas. Eux aussi seront surveillés par des drones. Les appareils volants prennent une place de plus en plus importante
dans l'industrie et sont proposés comme des services dans l'agriculture de précision : cela n'est pas étonnant qu'ils soient utilisés pour la première étape d'une lutte
anti-requins visant à repérer les animaux le long des côtes depuis les cieux. 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 10 septembre, directmatin.fr -

 

L'envol du grand requin blanc

 

Une scène étonnante s'est déroulée sous les yeux de plaisanciers en Afrique du Sud.
Un grand requin blanc s'est soudainement mis à voler ...

 



Au premier plan, un grand requin blanc s’acharne sur une des bouées de l'embarcation.
Si cela ne suffisait pas à effrayer les passagers du bateau, un de ses congénères se propulse de l’eau à grande vitesse au second plan et donne l’impression de voler.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 10 septembre, directmatin.fr -

 

Une chaîne humaine pour sauver un grand requin blanc

 

est une véritable chaîne humaine s’est mise en action pour tenter de venir en aide à un grand requin blanc échoué sur la plage de White Crest à Wellfleet
dans le Massachusetts (États-Unis). Plus de 100 touristes ont tenté de remettre à l’eau le squale dimanche dernier, construisant même une tranchée
pour faire venir l’eau jusqu’à l’animal.

D’autres continuaient d’arroser le requin pour le maintenir en vie, relate Newsweek, qui évoque un animal long de plus de 4 mètres et d’environ une tonne.

Mais les efforts consentis ont été vains puisque le requin est mort plus tard.

 

 

"Nous ne savons pas vraiment pourquoi le requin s’est échoué, explique un responsable de l’organisme de protection des requins blancs de l’Atlantique.
Peut-être s’est-il aventuré dans  des eaux peu profondes qui l’ont piégé".

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 24 août, sciencepost.fr -

 

Un plongeur accroche une caméra sur l'aileron d'un requin

 

Aux Bahamas, le plongeur Andy Casagrande a capturé des images d'un nouveau genre en accrochant une caméra de type GoPro sur l'aileron d'un requin-marteau.

Sautant de son bateau en plein milieu d'un petit banc de requins, il va lui falloir plusieurs tentatives avant de réussir à fixer la caméra sur le gros poisson.

 


Pour ne pas blesser l'animal, il a conçu un système de fixation ressemblant à une pince. 

L'histoire ne dit pas comment il a récupéré la caméra, mais peu importe, car les images sont bien là.
Véritable plongée à la première "personne" dans les nageoires du requin, dans le grand bleu. Superbe!

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 15 août, sciencepost.fr -

 

Deep Blue, l'un des plus grands requins blancs du monde connu à ce jour

 

Un biologiste a récemment publié sur son profil Facebook de magnifiques images de « Deep Blue », l’un des plus grands requins blancs du monde.
Celles-ci ont été tournées en 2013, au large des îles Guadalupe, au Mexique.

 

 

C’est donc au large de ces îles qu’a été observé et filmé en 2013, ce spécimen colossal de grand requin blanc, tout simplement l’un des plus grands jamais observés.
Il est surnommé « Deep Blue », et mesure plus de six mètres de long.

 

Gigantesque et majestueux, « Deep Blue » avait déjà été à l’honneur en 2014 au sein d’un documentaire diffusé par le Discovery Network, une nouvelle fois
avec des images du biologiste mexicain Mauricio Hoyos Padilla. « Quand j’ai vu Deep Blue pour la première fois, je n’avais qu’une pensée en tête : espoir »
déclare le biologiste dans son communiqué lorsqu’il évoque les menaces des lignes de pêche et des filets qui planent sur ces colosses de la nature.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 27 juillet, lematin.ch -

 

Leurs attaques sont un mystère

 

Le requin inspire à l’homme l’une de ses pires craintes. Une terreur nourrie par les films, les médias, mais aussi l’incompréhension de ces animaux marins.
C’est pourquoi les attaques de requin sont toujours terrifiantes. Or les alertes ont été particulièrement nombreuses cet été, notamment les huit attaques
recensées aux États-Unis le mois dernier, ou la frayeur qu’a vécue le surfeur australien Mick Fanning en pleine compétition, dimanche dernier.
Jeudi encore, près de New York, une plage bondée a dû être évacuée en raison de la présence de deux squales près de la rive.

 

Cette concentration d’accidents et d’alertes interpelle les experts. À tel point que certains n’hésitent pas à tirer la sonnette d’alarme.
«Nous savons que la température de l’eau est montée rapidement cette année, et le sel s’est concentré sur les rivages», a expliqué au Telegraph George Burgess,
directeur du programme floridien de recherche sur les requins. Cette eau salée attire les bancs de poissons, qui, à leur tour, attirent les prédateurs.
Donc les requins. «Cette combinaison d’éléments signifie qu’il fait bon être un requin dans ces eaux.» Mais, pour l’Américain, cela n’explique pas tout.
«Il y a un facteur X, quelque chose d’autre, peut-être des éléments environnementaux dont nous ne sommes pas conscients pour le moment.
Mais je crois qu’il y a d’autres éléments qui contribuent peut-être à l’augmentation des attaques.»

 

 

Erich Ritter, quant à lui, ne croit pas en cet élément inconnu. Docteur de l’Université de Zurich, l’Américain est un spécialiste mondialement reconnu des interactions
homme-requin. «Il doit y avoir une conjonction d’éléments pour qu’une attaque de requins ait lieu.» Se trouver près de l’embouchure d’un fleuve, par exemple,
«un vrai terrain de chasse pour les requins», mais aussi à proximité des pontons de pêche, où de nombreux déchets poissonneux sont rejetés à l’eau.
Ce qui finit irrémédiablement par attirer les prédateurs. Cependant, Erich Ritter estime qu’il n’est jamais bon d’interdire certains lieux à la baignade à cause du risque
de présence de squales. «Cela effraie la population inutilement.» Il constate par exemple que la psychose est immense aux États-Unis.
«Dès qu’il y a suspicion d’un requin dans l’eau, les gens sortent en hurlant. Ils perdent complètement la tête.» Or ce stress est ressenti par les requins, et ça les attire.

 

Erich Ritter a établi au cours de ses années de recherches une méthodologie à appliquer en cas de rencontre avec un requin. Une liste qui est utilisée par
la Commission américaine de protection de la faune. «Il faut arrêter de nager et se mettre dans une position verticale, en bougeant le moins possible.
Et garder l’animal à portée de vue.» Si cela ne suffit pas, il recommande de se comporter en agresseur.
«Si le requin s’approche, il faut le toucher sur la tête et, si cela ne suffit pas, viser ses branchies. Le requin ne connaît pas l’homme mais reconnaît le signal d’agression.» Enfin, si tout le reste a échoué, nager en direction du squale !

 

Une meilleure connaissance des profils de ces squales permettrait de mieux sécuriser les plages. L’expert refuse la solution sud-africaine, qui consiste à installer
des filets, souvent mortels pour les requins qui s’y enchevêtrent. Il préconise plutôt l’emploi de courant l’électrique, auquel les squales sont extrêmement sensibles.
Car, même si l’humain décime actuellement les requins, le problème de la cohabitation homme-squale ne va pas disparaître.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 24 juillet, quebec.ca -

 

Un requin marteau blessé par un hameçon est sauvé par des vacanciers en Floride

 

Le sauvetage de requins bat son plein sur la côte est des États-Unis. Au point de devenir une véritable attraction pour les vacanciers.
Après le requin blanc échoué sur la plage dans la baie de Cape Cod, c'est en Floride (à Destin) que les touristes ont porté secours à un requin marteau
d'environ 3 mètres.  Blessé par plusieurs hameçons, l'animal a été ramené sur le bord du rivage par deux touristes, qui se sont ensuite occupés de lui retirer
les crochets de la mâchoire. Une action digne de secouristes qui s'est déroulée sous les yeux de dizaines de personnes, amassées autour du requin.

 


La vidéo du sauvetage, postée sur YouTube le 21 juillet, est accompagnée d'une longue légende qui retrace les faits.

" Mon frère et moi, nous nous sommes battus pour sauver la vie d'un requin marteau, et l'avons guidé loin de la plage pour la sécurité des vacanciers " .
" La détresse et les cris entendus dans la vidéo ont été causés par la peur naturelle de certains individus et par le manque de compréhension
de la situation par certains ".

" Certains témoins ont pris conscience que l'on était en train d'aider le requin, et ils nous ont apporté leur soutien ".

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 20 juillet, lemonde.fr -

 

Quand le triple champion du monde de surf Mick Fanning se fait attaquer par un requin

 

Le célèbre surfeur australien Mick Fanning s’est fait attaquer par un requin, dimanche 19 juillet, lors de la finale du J-Bay Open, en Afrique du Sud.
Les spectateurs ont pu voir en direct le surfeur se débattre. Mick Fanning, triple champion du monde de surf, s’en est sorti sans blessure, mais choqué.

 

 

« Il est venu et s'est retrouvé coincé dans le "leash’"de ma planche », a-t-il expliqué à la télévision après l'attaque.
Le « leash » est un cordon de sécurité qui relie la cheville à la planche. « Je donnais des coups de pied et criais. J'ai juste vu une nageoire.
Je n'ai pas vu ses dents. J'attendais qu'il vienne me mordre quand je nageais. Je lui ai mis un coup dans le dos »

 

Deux Jet-Skis et un bateau de sécurité sont venus à son secours et l’ont sorti de l’eau, ainsi que Julian Wilson, qui lui disputait la finale.

 

 

 

La World Surf League, qui a organisé l’événement, a annulé la finale et exprimé son soulagement dans un communiqué :

« Nous sommes incroyablement reconnaissants que personne n’ait été sérieusement blessé aujourd’hui.
Le sang-froid de Mick et sa réactivité face à cette situation terrifiante ont été héroïques. »

 

C’est la première fois qu’une attaque de ce genre a lieu lors d’une compétition de la World Surf League.
La vague de Jeffreys Bay, où se déroulait la compétition, est l’une des plus belles du monde, mais il s’agit d’une zone où la présence de requins est connue.

La dernière attaque mortelle remonte à 2013 : un requin avait pris pour cible un plongeur.
En 2003, le surfeur Taj Burrow avait dû sortir de l’eau en pleine demi-finale de cette même compétition après avoir aperçu un requin.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 15 juillet, quebec.ca -

 

Un grand requin blanc échoué sur la plage est sauvé par des vacanciers

 

Le 13 juillet dernier, un jeune requin blanc s’est retrouvé bloqué sur le sable en essayant d’attraper des mouettes, ont rapporté plusieurs témoins, dont Mike Bartel, l’homme qui a publié la vidéo sur YouTube. Des vacanciers ont ainsi régulièrement arrosé l’animal en attendant l’arrivée des secours.

 

“ Le requin est resté bloqué un bon moment sur la plage, alors les gens sont allés chercher des seaux pour récupérer de l’eau afin qu’il continue à respirer ”.
Les secours ont finalement remis la bête à l’eau, avant de la guider un peu plus loin dans la baie.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 13 juillet, directmatin.fr -

 

Des requins fans de Death Metal

 

Les requins seraient attirés par le Death Metal. C'est en tout cas ce que semble montrer les images d'une vidéo publiée, le 9 juillet dernier sur la chaîne
YouTube officielle de Discovery Channel.  On y  voit l'équipe de tournage de l'émission "Shark Week", immerger des enceintes sous-marines projetant
du Death Metal au volume maximal. Une musique qui finit par attirer deux requins blancs, dont un de 4,30 mètres.


 

Les réalisateurs ont dû avoir recours à cette technique, car ils n'ont pas réussi à obtenir les autorisations nécessaires pour utiliser les appâts traditionnels. Généralement, les chasseurs de requins utilisent du "chum", un mélange de morceaux de poissons, d'os et de sang. Une pratique mal vue par les défenseurs
de l'environnement puisqu'elle pousse les requins à se rapprocher des côtes habitées.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 26 juin, levif.be -

 

L'effrayante chasse à mort d'un requin par des orques

 

Dans une vidéo tournée au Costa Rica, on voit trois orques s'attaquer à un requin-tigre.
Cette scène a pu être filmée, car elle se déroule non loin d'un bateau qui abrite des plongeurs.

Si ceux-ci s'en sont tirés avec une grosse frayeur, il n'en est pas de même pour la proie des orques. Celle-ci s'est fait dévorer par les cétacés noir et blanc.

 

 

Un spécialiste interviewé par Sciences et Vie explique que chaque population d'orques se spécialise dans une sorte de proie.
Par exemple, l'une va manger exclusivement du saumon alors qu'une autre va se concentrer sur les phoques ou les requins.
Cela leur permet de ne pas rentrer en concurrence les unes avec les autres et d'affiner leur technique de chasse.

Il est à noter que les plongeurs sur le bateau ne risquent rien puisqu'en théorie l'animal sait distinguer sa proie de prédilection du reste.
Et un plongeur n'en fait pas partie. S'il arrive à une orque d'attaquer dans les parcs d'attractions, c'est parce que la captivité et le confinement
qui y est associé augmentent leur agressivité.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 11 juin, francetvinfo.fr -

 

L'un des plus grands requins blancs jamais filmés

 

Avec ces 6 mètres de long, ce requin blanc, filmé au large du Mexique, est le plus grand requin jamais filmé.

D'après une estimation, cette femelle, surnommée Deep blue, pourrait avoir une cinquantaine d'années.

 

 

Deep blue s'est approchée d'une cage dans laquelle se trouvait un plongeur. Dans cette séquence impressionnante, la femelle s'est laissé toucher par le plongeur. "C'est le requin blanc le plus grand que je n'ai jamais vu", s'est exclamé Mauricio Hoyos Padilla.

 

DEEP BLUE

I give you the biggest white shark ever seen in front of the cages in Guadalupe Island....DEEP BLUE!!!Este es el tiburón blanco mas grande visto desde las jaulas en Isla Guadalupe...DEEP BLUE!!!

Posted by Mauricio Hoyos Padilla on mardi 9 juin 2015

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 09 juin, sciencepost.fr -

 

Un requin peuplait les océans il y a 100 millions d'années

 

De récents fossiles révèlent qu’un requin géant de la taille d’un immeuble de deux étages, soit plus de 6 mètres de long,
rôdait dans les eaux peu profondes  il y a 100 millions d’années.

 

Leptostyrax macrorhiza, de son petit nom, peuplait les océans il y a 100 millions d’années. Le monstre antique aurait été découvert « par accident »
en 2009 près de Fort Worth, au Texas, par Joseph Frederickson, candidat au doctorat en écologie et biologie évolutive à l’Université de l’Oklahoma.

 

 

Après analyses de ces ossements, il s’avère que Leptostyrax macrorhiza appartenait à la lignée des Lamniformes, un ordre de requins qui inclut
les plus connues des espèces de requin comme le grand requin blanc, le requin-tigre, et des espèces extrêmement rares comme les requins-grande-gueule.


Il semblerait donc que les pliosaures, qui pouvaient mesurer jusqu’à 2 mètres de long, n’aient pas été les seuls grands prédateurs à régner dans les eaux du Mésozoïque (des périodes du Jurassique à Crétacé). Nos océans grouillants de vie à l’époque abritaient ainsi d’autres grands prédateurs.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 01 juin, francetvinfo.fr -

 

En Indonésie, la chasse aux requins est un business juteux

 

Sur l'île de Lombok, en Indonésie, la chasse aux requins est une activité qui attire.

Dans le pays, la pêche est massive. Et pour cause : le requin est une marchandise très prisée car très rentable.
Un pêcheur touche un million de roupies par squale pêché, soit un peu moins de 100 euros. En Indonésie, c'est une somme très importante.



110 000 tonnes sont pêchées chaque année en Indonésie, premier pays chasseur de requins au monde.
Suhadang, négociant, explique à France 2 : "La viande peut valoir 1,50 euro par kilo. La peau peut être utilisée une fois séchée. Son prix est de 10 euros par kilo.
Les ailerons, c'est ce qui vaut le plus cher"
. En effet, le kilo d'ailerons vaut 270 euros. C'est plus que le salaire mensuel d'un policier.

 

Les ailerons sont presque tous exportés en Chine, où ils sont considérés comme un produit de luxe aux vertus thérapeutique.
Cette croyance infondée a fait du requin un animal dont plusieurs espèces sont menacées d'extinction

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 25 mai, lavenir.net -

 

Un requin qui aime les câlins !

 

Un requin-léopard se prend au jeu des caresses et chatouilles.

Voilà qui tranche avec les habituelles et tristement célèbres attaques de requins souvent mortelles et tragiques.
C'est un réel moment de tendresse entre un homme et un grand poisson, que nous offre l'Aquarium des Lagons, en Nouvelle-Calédonie.



Alors qu'il est occupé à nettoyer les vitres, un technicien voit le requin-léopard s'approcher, sans animosité aucune.
Il vient seulement demander sa dose de caresses. Il n'en fallait pas plus pour que le net soit séduit, et on le comprend.

Requin-chagrin ? Non, requin-câlin!

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 13 mai, meltydiscovery.fr -

 

Australie, un grand requin blanc rend visite à une équipe de tournage

 

Quelques mois après une première attaque de grand requin blanc envers une équipe de tournage en Nouvelle-Zélande,
la chaîne Discovery est de nouveau touchée par un événement similaire en Australie, heureusement sans drame.

 

Il s'agit cette fois-ci du photographe et réalisateur Dave Riggs, qui s'est retrouvé nez à nez avec la bête, en plein tournage d'un épisode de la Shark Week
de Discovery Channel.

Pourtant, Riggs a gardé son sang-froid en expliquant par la suite que malgré son apparence terrorisante, le grand requin blanc est plutôt inoffensif.



Il s'agissait d'ailleurs d'une femelle de 4,5 mètres environ.
Intriguée par la caméra, elle aurait voulu s'approcher pour jouer et n'a visiblement pas montré de réels signes d'attaque.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 14 avril, la1ere.re -

 

Combien d'attaques mortelles de requins dans le monde

 

Sur la base des données recueillies par l'International Shark Attack File, 701 attaques de requins ont été répertoriées dans le monde entre 2005 et 2014,
dont 44 mortelles. Il apparaît que le nombre d'attaques de requins dans le monde est en augmentation depuis 10 ans.

En 2005, 58 attaques, dont 4 mortelles ont été répertoriées. En 2014, 72 attaques ont été dénombrées, dont 3 mortelles. 

 

 



Les 5 régions qui ont subi le plus grand nombre d'attaques de requins entre 2005 et 2014

La Floride - 219 attaques dont 2 mortelles
L'Australie - 123 attaques dont 15 mortelles
Hawai - 55 attaques dont 1 mortelle
L'Afrique du Sud - 40 attaques dont 13 mortelles
La Caroline du Sud - 38 attaques dont aucune mortelle
L'île de la Réunion - 18 attaques dont 6 mortelles


Les régions où l'on dénombre le plus grand nombre de personnes décédées

L'Australie - 15 morts
L'Afrique du Sud - 13 morts
L'île de la Réunion - 6 morts
  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 17 février, linfo.re -

 

Attaques de requins à la Réunion : 19 morts en 35 ans

 

L’attaque de requin qui a coûté la vie à Talon Bishop samedi 14 février est la 48e officiellement recensée dans l’île depuis 1980, la 19e mortelle.
Depuis 2011, les attaques de squales sont en nette recrudescence.

 

Sur les bases du rapport de l’IRD (Institut de Recherches pour le Développement de La Réunion), il s’avère que 48 attaques de requins ont été recensées
à La Réunion depuis 1980. Sur ces 48 attaques comptabilisées par les autorités, 19 se sont avérées mortelles, soit 40%.
Autre constat alarmant : sur ces 48 attaques, près de la moitié (40 %) des attaques ont eu lieu au cours de ces 5 dernières années.

 

Attaque

Les attaques sont principalement liées aux activités suivantes :
Surfeurs et bodyboarders 54%, chasseurs sous-marin 21%, quatre baigneurs 11%, deux véliplanchistes 4%, deux kayakistes 4%.

Trois autres personnes ont été tuées par des squales depuis 1980 (6%).

 

 

Les surfeurs et bodyboarders sont les premières victimes des attaques requins a la Réunion.
Avec 26 attaques - plus de la moitié du total des attaques -, dont 8 mortelles.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 09 février, sciencesetavenir.fr -

 

Les requins coulent dans l'eau douce

 

Si l'on rencontre peu de requins dans l'eau douce, c'est parce que leur flottaison y est bien plus faible, explique une nouvelle étude américaine.

 

Les requins ont beau être de superprédateurs, la plupart d'entre eux ne tolèrent pas l'eau douce. En effet, seuls 5% des élasmobranches y parviennent,
contre 40% des poissons osseux. Parmi ces quelques élus, le requin-bouledogue. Ce squale de près de 3,5 mètres de long se retrouve aussi bien dans les mers
tropicales et subtropicales que dans les fleuves tels que le Tigre (Mésopotamie), le Gange (Inde), l'Amazone (Amérique du Sud), le Mississippi (Amérique du Nord)
et le Zambèze (Afrique australe). Il a même été observé jusqu'à plus de 3.700 km des côtes, au Pérou !

 



La raison de l'absence de la plupart des requins dans l'eau douce est simple : sans le sel, l'eau est moins dense et les squales coulent.
C'est ce qu'a révélé une étude américaine publiée en ligne ce mois-ci dans The Journal of Experimental Biology.

 

Contrairement aux poissons osseux qui utilisent leur vessie comme un flotteur, les requins ne disposent quasiment que de leur foie, un organe riche en lipides.
Ils sont donc plus sensibles à la baisse de la densité de l'eau. Les chercheurs ont calculé que pour compenser cette perte de flottabilité, un requin devrait
dépenser environ 50% d'énergie en plus, de façon à augmenter sa vitesse de nage. Mais alors, quel est le secret du requin-bouledogue ?

Il possède un foie extragras. Malgré cela, les scientifiques ont relevé que les 5 requins-bouledogues de leur étude étaient moins dynamiques 
que les 27 espèces océaniques étudiées précédemment.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 04 février, Directmatin.fr -

 

Un rarissime requin-grande-gueule échoué aux Philippines

 

L'animal trouvé par des pêcheurs philippins sur une plage entre les provinces d’Albay et de Masbate est une opportunité rare pour les spécialistes de la faune marine. Le corps sans vie d’un requin-grande-gueule, long d’environ 4,50 mètres, a en effet été retrouvé échoué le 28 janvier.

Pour l’instant, il est impossible de déterminer la cause du décès de l’animal.
Le Megachasma pelagios est conservé dans de la glace pour pouvoir être étudié par les scientifiques qui espèrent ainsi percer quelques-uns de ses mystères.

 



Ce requin est le 64e spécimen observé depuis sa découverte en 1975.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 04 février, sciencesetavenir.fr -

 

Katharine, le grand requin blanc star, est de retour

 

Le squale, suivi par l’ONG Ocearch depuis 2013 grâce à un système de géolocalisation, a parcouru 17 000 km en 17 mois !

 

Katharine

 

Après un voyage de plus d’un an, Katharine, la star des grands requins blancs est de retour au large des côtes de Floride.
C’est le groupe de recherche Ocearch, spécialisé dans l'étude des grands requins blancs, qui l’a repérée grâce au système de géolocalisation implanté sur son aileron.

Elle a ainsi pu être sortie de l’eau près de la plage de Ponte Vedra, le 31 janvier, pour que les données soient analysées. La jeune femelle d’une tonne pour 4,3 mètres
s’est laissé prendre et manipuler par les chercheurs sans faire montre d’aucune agressivité. Relâchée aussitôt, Katharine a parcouru plus de 60 km en 24 heures,
avant que les chercheurs ne perdent à nouveau sa trace.

 

Katharine

 

C’est en août 2013 que l’ONG Ocearch a équipé cette femelle d’un émetteur près de Cape Cod (Massachussetts).
Elle a été baptisée Katharine en hommage à Katharine Lee Bates, une musicienne native de Cape Cod. Selon les chercheurs, l’animal a parcouru
quelque 17 000 km en 17 mois ! Cette étude, qui suit une vingtaine de requins dans l’Atlantique et une douzaine d’autres à l’échelle globale, vise à mieux
comprendre les déplacements de ces grands squales, qui se révèlent plus rapides et fantasques qu’on ne le pensait.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 13 janvier, sciencesetavenir.fr -

 

1 ère photo de la naissance d'un requin-renard pélagique

 

Le cliché de cette espèce de requin classée comme vulnérable a été pris aux Philippines, à proximité d'un mont sous-marin
où les squales se font épouiller par de petits poissons.

 

 

C'est au cours d'une plongée de recherche aux Philippines à proximité d'un mont sous-marin qu'une femelle requin-renard pélagique (Alopias pelagicus)
a été photographiée en train de mettre bas. On sait peu de choses sur le mode de reproduction des espèces océaniques et c'est sans doute
la première fois qu'une naissance de requin-renard pélagique est prise en photo."Je n'ai jamais vu d'image comparable de requin pélagique",
a déclaré à la BBC, le Dr Simon Thorrold, chercheur à la Woods Hole Oceanographic Institution.

 

La zone où la scène a été documentée est étudiée par des chercheurs appartenant à l'université de Chester et à The Tresher Shark Research
and Conservation Project. Cet endroit est particulier : il s'agit, selon l'expression des experts, d'une "station de nettoyage". Les requins s'y rendent
pour se faire retirer leurs parasites par des petits poissons comme le labre nettoyeur (Labroides dimidiatus) et le labre à queue de lyre (Thalassoma lunare).

 

On peut d'ailleurs voir sur la photo un labre nettoyeur en train de mordre la région pelvienne de la femelle.
C'est aussi une première d'après les chercheurs car on n'avait pas encore vu de poisson interagir avec un organisme marin en train de mettre bas.

 

D'après les scientifiques, ce mont sous-marin n'est pas seulement une station de nettoyage mais aussi un site de reproduction.
Car ils ont pu y observer plusieurs femelles pleines. C'est pourquoi ils souhaitent faire de cette zone une aire marine protégée.

Le requin-renard pélagique est classé comme vulnérable par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
La population de cette espèce de requin est en déclin notamment en raison de la surpêche. Mais aussi car le requin-renard pélagique atteint l'âge
de la maturité tardivement. Et à une fécondité faible. Le Dr Oliver, de l'université de Chester, espère que cette photo pourrait attirer l'attention sur la situation
de cette espèce de requin et aider à la protection du mont sous-marin.

  ________________________________________________________________________________________________________________________________