À ce jour, vous êtes  855 150 internautes à avoir visité ce site et 8.750 MILLIONS de requins ont été tués, soit 1 requin toutes les 3 secondes ...

Actualites

>> Accueil > Actualités

 

Les actualités 2017  
  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  09 août, ladepeche.fr -

 

Un homme s'entaille le bras lors d'une plongée pour démonter les clichés sur les requins

 

Un requin est capable de détecter une goutte de sang dans une zone aussi grande qu'une piscine olympique.
C'est pour démonter ce genre de clichés sur "le seigneur des océans" que Skyler Thomas a décidé de s'entailler le poignet lors d'une plongée.
Au beau milieu des requins, encerclé, il se munit de son couteau et se fait deux grosses coupures.

Le sang a beau sortir des plaies, les requins ne semblent pas pour autant perturbés ni attirés.

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  26 juillet, lequipe.fr -

 

Immersion au coeur d'un groupe de requins aux Bahamas

 

Jeb Corliss est d'abord connu pour être un pilote professionnel de wingsuit. Mais c'est aussi un amoureux de la nature qui se passionne notamment
pour les espèces marines. Pour cette nouvelle expérience, Corliss s'est rendu aux Bahamas, pays considéré comme étant la capitale de la plongée avec
les requins, pour y observer différents spécimens. Une belle vidéo à regarder en réalité virtuelle.

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  26 juillet, journaldemontreal.com -

 

Le mur de requins gris

 

Si vous êtes un plongeur certifié, et pas trop peureux, vous pouvez vous rendre à Fakarava, une magnifique île de la Polynésie française,
et partir explorer la passe Sud. À cet endroit, un phénomène vraiment particulier se produit: des centaines de requins gris se rassemblent et se laissent flotter
dans le courant. On appelle carrément ce lieu le «mur de requins» de Fakarava.

 

 

Les plongeurs qui s’y rendent se retrouvent encerclés de dizaines de spécimens: un rêve... ou un pur cauchemar, selon les points de vue.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  21 juillet, sciencesetavenir.fr -

 

Les requins préfèrent la chair avariée à la chair fraîche !

 

Les requins, surtout les bouledogues et tigres, parmi les plus redoutés, sont d'abord des charognards avant d'être des prédateurs pour l'homme.
En d'autres termes, cela signifie que les baigneurs et les surfeurs ont plus de chance de se faire croquer post-mortem, à la suite d'une noyade par exemple !
George H. Burgess et ses collègues ont en effet analysé des restes humains, cinq recueillis sur les côtes de Floride et un dans le tube digestif d'un requin-tigre.

 

Dans cette étude publiée dans la revue Journal of Forensic Sciences, ils se sont tout particulièrement intéressés aux fractures et aux traces laissées par les dents
des animaux à la surface des os. L’espace entre ces stries et leurs formes permettent généralement de définir l’espèce incriminée et sa taille. Plusieurs autres indices
indiquent par ailleurs s’il s’agit de prédation ou de charognage, c’est-à-dire si ces traces ont été faites sur une personne vivante ou morte.

 

 

L’un d'eux est la zone où les marques de dents ont été relevées. Lors d’une attaque sur une personne vivante, les requins saisissent plus facilement les membres,
les autres parties du corps étant mieux protégées et donc moins accessibles aux mâchoires. Or, la plupart des restes humains que les chercheurs ont analysés montrent
des traces sur les os du torse, du cou ou encore de la tête. Ce qui suggère que les requins se sont nourris de cadavres.

 

Ces recherches, si elles peuvent rebuter, ont pourtant une importance capitale. La plupart des études sur les interactions hommes et requins se concentrent sur les
attaques et non sur le comportement charognard. Or, il est essentiel de savoir à quoi ressemblent les traces laissées sur les os par ces animaux, notamment dans
le cas d’enquêtes criminelles. En effet, lorsque des restes humains sont retrouvés, les marques que les enquêteurs détectent sur le squelette ne proviennent pas
forcément d’un couteau ou d’une machette. Elles peuvent avoir une origine “naturelle”, c’est-à-dire infligées par un requin.  

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  19 juillet, sciencesetavenir.fr -

 

Les requins utilisent leurs épaules pour manger

 

Le requin n'a pas de langue. Alors, comment guider les aliments vers ses dents pour mastiquer ? La solution est plutôt originale : donner des coups d'épaule...

Pour déplacer les aliments vers sa gorge, le requin-chabot à taches blanches pourrait être bien embêté, puisqu'il ne possède pas de langue ! 
Mais il contourne le problème en bougeant sa ceinture d'épaule d'avant en arrière pour déplacer, révèle une étude publiée le 19 juillet 2017 dans
Proceedings of the Royal Society B
.

 

Les chercheurs ont observé trois requins à l'aide d'une technologie aux rayons X permettant de voir les mouvements des os et des muscles à l'intérieur du corps
lorsque les animaux dévoraient des morceaux de calamars et de harengs. La ceinture d'épaule des requins, un morceau de cartilage en forme de "U", invisible
depuis l'extérieur, est un point d'attache de plusieurs muscles situés sous la tête de l'animal.

 



En plus de son rôle de locomotion qui était déjà connu, servant à contrôler certaines nageoires de l'animal, les chercheurs ont donc découvert son rôle dans
l'alimentation. Conclusion assez surprenante puisque cette épaule n'est pas reliée directement aux mâchoires, ni même à la tête du poisson.
Pourtant, "en tirant leur ceinture d'épaule en arrière, les requins créent l'aspiration nécessaire pour pousser la nourriture vers le fond de leur gueule et dans le tube
digestif"
, explique Ariel Camp, chercheur de l'Université Brown et auteur de l'étude. Encore une belle preuve de l'adaptation des animaux à leur environnement.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  17 juillet, slate.fr -

 

Les cadavres dévorés de grands requins blancs retrouvés sur la plage de Gansbaai

 

Depuis le début du mois de mai 2017, un phénomène étrange se déroule dans les eaux de Gansbaai, en Afrique du Sud, réputées pour leur abondante population
de squales. Les cadavres gravement mutilés de plusieurs grands requins blancs ont été retrouvés sur la plage. Un mystère que les scientifiques tentent de résoudre.

 

Selon les scientifiques, les responsables de ces mutilations pourraient bien être d'autres prédateurs redoutables qui évoluent , comme les grands requins blancs,
au large des côtes ouest d'Afrique du sud où les océans Atlantique et Indien se rencontrent : les orques. La plupart du temps, les orques s'intéressent principalement
au foie de leur victime, un gros organe (du moins chez les requins, puisqu'il leur permet de flotter) riche en graisse, en nutriments, et très énergétique.
Ces cétacés sont connus pour chasser des requins de petite taille, mais il semblerait que cette fois ils soient montés en gamme.



Mais difficile de savoir si les orques ont tué les requins avant de les dévorer ou si elles se sont contentées d'attaquer des spécimens déjà mal en point ou morts.
Andrew Nosal avoue que "ces requins sont certainement fréquents à la surface donc une collision avec un bateau est possible.

Cependant, parce que ces trois requins se sont échoués à peu près à la même période, trois collisions avec des bateaux sont peu probables".
En tout cas, le jour où le requin s'est échoué, ses congénères semblaient avoir déserté la zone. Impossible d'observer les grands requins blancs sous la surface !
Était-ce par peur des orques ?

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  06 juin, slate.fr -

 

Lorsqu'ils sont stressés, les requins vomissent jusqu'à leur estomac

 

Quand un squale qui a l’habitude de se promener tranquillement en mer se retrouve prisonnier d'un filet de pêche, poursuivi par un congénère ou bien attiré
sur un bateau par des scientifiques, il est probable que l’animal soit pris de peur et vomisse son dernier repas.  Cette réaction primaire résulte du fait qu'il est plus
facile d’échapper à une situation dangereuse le ventre vide. Face à une menace, les requins se débarrassent donc instinctivement de tout ce qu'ils n'ont pas digéré
pour fuir rapidement, selon Neil Hammerschlag, un chercheur spécialiste des requins à l’université de Miami.

 

En situation de stress, le squale peut même vomir son estomac, comme ce fut le cas en 2015 pour un requin bleu échoué sur une plage du Massachussets.
Ce phénomène, appelé éversion gastrique et rarement observé par les scientifiques, peut aboutir à la mort du requin lorsqu’il se produit hors de l’eau.
En effet, sans le mouvement de l'eau et de sa propre nage, l'animal ne peut ravaler son organe digestif. Mais il s’agit d’un processus pourtant naturel qui, au-delà
du stress, permet aux requins de purifier leur estomac des parasites et de la nourriture indigeste, avant de le ravaler comme si de rien n’était.

 

 

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


-  02 mai, parismatch.com -

 

Danse avec les requins

 

C’est un étonnant spectacle qu’ont offert deux femmes, au milieu des récifs coralliens des Maldives.
Dans la nuit du 23 avril, elles ont plongé dans l’océan Indien, toutes les deux habillées, pour prendre la pose au milieu des requins.
D ’après les images, l’une portait une longue robe jaune tandis que l’autre était sobrement couverte d’un mini short et d’un haut de bikini. 



Plus de photos

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 19 février, numerama.com -

 

Suivez les déplacements des requins grâce à l'application Ocearch

 

Les scientifiques ont voulu personnaliser l’expérience en attribuant à chaque requin un nom et une photo de profil.
Ainsi, il est possible de suivre la vie de Buzz, Vader, Joseph, Caroline et de beaucoup d’autres.

Plusieurs de ces requins ont même un compte Twitter avec des milliers de followers, comme par exemple Lydia.

 

 

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 17 février, bfmtv.com -

 

Une nouvelle espèce de requin découverte dans les eaux de Belize

 

Le WWF a annoncé ce vendredi la découverte d'une nouvelle espèce de requin-bonnet dans l'aire marine du Belize,
selon des chercheurs de l'Université de Floride et le département de pêche de ce petit pays d'Amérique centrale.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 


- 19 janvier, sciencepost.fr -

 

Une femelle requin-zèbre fait trois bébés, toute seule

 

Une femelle requin-zèbre d’un aquarium australien a pondu des œufs qui contenaient des embryons sans avoir été fécondés. Si ce mode de reproduction
a déjà été observé dans la Nature, il s’agit d’une première pour cette espèce. Leonie est une femelle requin-zèbre de l’aquarium de Townsville, dans le Queensland (Australie). Jusqu’ici, rien d’exceptionnel, mais la belle a surpris tout le monde il y a quelques semaines en donnant naissance à trois petits sans avoir été fécondée.
Si ce n’est pas la première fois qu’un tel miracle se produit, le cas de Leonie reste pourtant unique.

 

 

Se reproduire seul, c’est possible. La parthénogenèse est une forme de reproduction monoparentale dans laquelle des embryons se développent en l’absence
de fécondation. C’est un phénomène rare, mais certains vertébrés sont néanmoins capables de se reproduire de manière asexuée. En revanche, le plus souvent
les récits de ces parthénogenèses concernent des femelles qui n’ont jamais eu de partenaire sexuel mâle. Or, ici, Leonie est devenue capable de se reproduire
seule après avoir eu une descendance avec un mâle dont elle a été séparée. La femelle a en effet partagé son environnement pendant plusieurs années avec
un mâle et eu différentes portées viables avec lui avant d’en être séparée en 2012, l’aquarium ayant décidé de réduire son programme de reproduction.

 

C’est donc une première pour cette espèce. « Des cas de reproduction non sexuée au début de la maturité sexuelle ont déjà été observés chez les requins,
les raies et particulièrement chez les reptiles
 », a déclaré au Guardian Australia Christine Dudgeon, biologiste à l’Université du Queensland.
« Mais c’est la première fois que cela se produit après une reproduction sexuée ». Alors qu’elle n’a pas eu de contact avec d’autres mâles depuis 2012, Leonie a
donc encore eu trois petits en 2016, sachant que les requins femelles peuvent stocker les spermatozoïdes jusqu’à quatre ans. Seulement les tests génétiques
ont montré que les bébés requins n’avaient que de l’ADN de leur mère. C’est « un cas sévère de consanguinité », ajoute la scientifique.

 

Selon les chercheurs, ce phénomène aussi rare soit il pourrait être une illustration de l’évolution des espèces pour permettre aux femelles de se reproduire
malgré une pénurie de mâles. Ce fut notamment le cas après les différentes extinctions de masse que les requins ont traversé avec succès pendant 400 millions
d’années. Mais cette stratégie n’est pas gagnante à tous les coups : les individus issus d’un tel mode de reproduction sont souvent stériles.

 

  ________________________________________________________________________________________________________________________________ 
 

- 17 janvier, sciencepost.fr -

 

107 attaques de requins dans le monde en 2016, un record

 

Le site spécialisé www.trackingsharks.com, qui recense chaque année les attaques et morsures de requins, mortelles ou non, constate dans une de ses
dernières publications que 2016 a été une année record
. En effet, ils comptabilisent un total de 107 attaques et morsures autour du monde, alors que
le précédent record, détenu par l'année 2015, était de 98 attaques et morsures de squales.

 

Ils nuancent tout de même ce résultat en expliquant que le nombre d'attaques mortelles a lui baissé, passant de 9 en 2015 à 8 en 2016. En regardant de plus près
la carte qu'ils ont enrichie tout au long de l'année, on s'aperçoit que c'est la Floride qui est en haut de la liste des lieux où le plus de morsures de requins ont été
constatées : 34 en 2016. Une grande partie est localisée autour de la plage de New Smyrna, justement connue pour son danger requin.

 



Pourtant, l'endroit est largement fréquenté par les surfeurs, et il n'est pas rare que l'un d'eux se fasse mordre par un requin, relate TrackingSharks.
Avant de préciser que la majorité de ces morsures n'engagent pas le pronostic vital de la victime, et même, ne nécessiteraient parfois pas de soins médicaux.

Parmi les autres endroits où ont été constatées plusieurs attaques et morsures, Hawai, la Californie, la Nouvelle-Calédonie ou encore toute la côte Est de l'Australie.
D'ailleurs, 3 des 8 attaques de requin mortelles de l'année précédente ont été observées en Australie.A La Réunion, on a heureusement constaté en 2016 une seule attaque, suivie de morsure : le 27 août, Laurent Chardard, bodyboarder de 21 ans, était grièvement blessé dans l'attaque d'un requin-bouledogue à Boucan Canot.

 

En outre, le site TrackingSharks est d'avis que la plupart des attaques sont des simples "essais" de la part des requins. Après avoir mordu afin d'identifier le corps,
lorsqu'ils réalisent que la victime n'est pas un animal qui fait partie de son régime alimentaire, le requin s'enfuirait, soutient-il. TrackingShark poursuit en expliquant
que c'est la taille de l'animal qui détermine ensuite la gravité de la blessure. Un gros requin fera beaucoup plus de dégâts à cause de sa mâchoire plus large
d'une part, mais d'autre part à cause de la plus grande pression de la morsure. 

 

Pour expliquer cette année record, le site possède plusieurs arguments : non seulement, les records de chaleur pousseraient plus de gens à se rendre à la mer,
tout comme les prix en baisse rendraient les voyages à la mer plus abordables, attirant plus de gens sur les côtes. Au-delà, il explique que si de plus en plus d'attaques
sont reportées, c'est aussi parce que les sociétés communiquent désormais plus rapidement : lorsqu'une attaque de requin se produit, on voit apparaître en quelques minutes des vidéos sur les réseaux sociaux. Il n'est donc pas à exclure que le nombre d'attaques ait été sous-estimé les précédentes années, achève TrackingSharks.com.

 

 

 

Les archives  
  ____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

  ____________________________________________________________________________________________________________________________________